Editorial pour Femina Polis : « Une créature d’exception »

La Femme. Aujourd’hui en France, on peut lui compter pas moins de quatre vies concentrées en une seule : épouse, maîtresse, maman, employée.  Avoir le souci du detail chez elle et ailleurs, la coquetterie, la beauté… Rien ne lui échappe et surtout, rien n’est laissé au hasard. Elle sait aussi mettre en valeur l’homme de sa vie. Au bras des chefs d’Etat, l’incarnation de la féminité, de l’élégance avec un soupçon d’humour comme Michelle Obama. Loin d’être considérée comme une femme objet mais plutôt comme un exemple. Celui de l’épouse charmante, belle, souriante et drôle soutient son époux et  l’aide dans sa campagne présidentielle. Cette exemple est loin de celui propose par Catherine Deneuve dans le film Potiche de François Ozon !

Parfois, on la rencontre même dans les milieux masculins : jockey ou joueuse de Rugby… elle créent leur place partout où elle vont dans une société encore trop sexiste. D’ailleurs, un nouveau mot est désormais très utilisé pour qualifier les femmes de pouvoir : les Working Girls. Une étude qui paraîtra mercredi, démontrerait que la gente féminine a trouvé sa place à la tête de nombreuses entreprises ou occuperaient des postes à hautes responsabilités comme chez Pepsi Co., Sunoco (pétrole), DuPont (Chimie), Rite Aid (pharmacie), Westpac Banking (banque) ou encore AREVA. Drôle d’étude quand on sait qu’à peine 12 femmes sont à la tête des seules 500 plus grandes entreprises du monde ! Cela étant dit, les femmes seraient des concurrentes appréciées mais aussi enviées par les hommes. De plus, elles auraient tendance à savoir concilier vie privée et vie professionnelle ! Mais ça on le sait déjà ! Pour leur défense, les hommes répondent qu’ils préfèrent privilégier leur vie professionnelle à leur vie privée… Une féministe répondrait “c’est parce qu’ils sont incapables de gérer les deux !”.

Si des femmes réussissent à se creuser une place au sein de la société, ce n’est pas encore gagné pour beaucoup d’autres dans le monde. Au Tchad par exemple, elles sont de plus ne plus analphabètes, de moins en moins couvertes médicalement. Elles sont aussi soumises au mariage forcé et encore condamnées à l’excision ! Un veritable scandale au XXIème siècle ! Prenant de plus en plus conscience de leur situation difficile, elles tentent tant bien que mal de sortir de leur torpeur afin de jouer le rôle qui est le leur dans la société en tant que femme. Si Fatimé Ramadan a réussi à atteindre le poste de ministre de l’action sociale et de la solidarité féminine au Tchad, ce réveil demeure malgré tout très timide.

D’autres femmes sont prisonnières…mais dans un autre domaine : le transgenre. Des esprits féminins sont pris au piège dans des corps masculins. Là aussi, ces nouvelles femmes doivent créer leur place dans la société, et la première étape commence par le changement de leur état civil, un droit n’existant que depuis 1992 en France. Les prochaines étapes sont de l’ordre de l’intégrité…une fois de plus.

On peut reconnaître que la place de la femme dans la société française a beaucoup évolué ces soixante-dix dernières années. Mais de nombreuses lacunes demeurent encore dans un pays dont la devise est « Egalité, Liberté, Fraternité ». La reconnaissance envers elles est encore insuffisante : c’est pourtant grâce à elles que la vie est possible…

Alexane Alfaro

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :